Grèce, dédouanement de bases militaires aux États-Unis

Manlio Dinucci

Le Parlement grec a ratifié "l'accord de coopération pour la défense mutuelle", qui accorde aux États-Unis l'utilisation de toutes les bases militaires grecques. Ils seront utilisés par l'armée américaine non seulement pour stocker des armements, approvisionner et former, mais aussi pour les opérations "urgence", c'est-à-dire pour les missions d'attaque.

Le principali basi militari greche

La base aérienne de Larissa est particulièrement importante, où l'US Air Force a déjà déployé des drones MQ-9 Reaper, et celle de Stefanovikio, où l'armée américaine a déjà déployé des hélicoptères Apache et Black Hawk.

L'accord a été défini par le ministre grec de la Défense, Nikos Panagiotopoulos, 'Bénéfique à nos intérêts nationaux, car cela augmente l'importance de la Grèce dans la planification américaine ". Importance que la Grèce a depuis longtemps: il suffit de rappeler le coup d'État sanglant des colonels, organisé en 1967 dans le cadre de l'opération Stay-Behind dirigée par la CIA, qui a été suivie en Italie par la saison des massacres qui a commencé avec celle de la Piazza Fontana en 1969.

La même année, il s'installe en Grèce, dans la baie de Souda sur l'île de Crète, un détachement naval américain de la base de Sigonella en Sicile, sous les ordres du commandement américain à Naples. Aujourd'hui, Souda Bay est l'une des bases aériennes les plus importantes des États-Unis et de l'OTAN en Méditerranée, utilisé dans les guerres au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

A Souda Bay, le Pentagone en investira d'autres 6 millions d'euros, qui sera ajouté à 12 qui investira dans Larissa, annonce Panagiotopoulos, le présentant comme un gros problème pour la Grèce.

Le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis précise cependant qu'Athènes a déjà signé un accord avec le Pentagone pour moderniser sa flotte de F-16, qui coûtera à la Grèce 1,5 milliards de dollars, et qu'il est également intéressé par l'achat de drones et de chasseurs F-35 aux États-Unis. La Grèce se distingue également par son appartenance à l'OTAN, après la Bulgarie, l'allié européen qui alloue depuis longtemps le pourcentage le plus élevé du PIB aux dépenses militaires (la 2,3%).

 L'accord garantit également aux États-Unis "l'utilisation illimitée du port d'Alexandroupolis". Il est situé sur la mer Égée près du détroit des Dardanelles qui, reliant la Méditerranée et la mer Noire en Turquie, il constitue une voie de transit maritime fondamentale, notamment pour la Russie.

En outre, la Thrace orientale voisine (la petite partie européenne de la Turquie) c'est de là que ça vient de Russie, à travers la mer Noire, le pipeline TurkStream.

L '«investissement stratégique», que Washington réalise déjà dans les infrastructures portuaires, vise à faire d'Alexandroupolis l'une des bases militaires américaines les plus importantes de la région, capable de bloquer l'accès des navires russes à la Méditerranée e, en même temps, contre la Chine qui entend faire du Pirée une escale importante sur la Nouvelle Route de la Soie.

«Nous travaillons avec d'autres partenaires démocratiques de la région pour repousser les acteurs pervers comme la Russie et la Chine, d'abord la Russie qui utilise l'énergie comme instrument de son influence perverse ", déclare l'ambassadeur américain à Athènes Geoffrey Pyatt, soulignant que "Alexandroupolis joue un rôle crucial dans la sécurité énergétique et la stabilité de l'Europe".

L '«Accord de coopération pour la défense mutuelle» avec les États-Unis s'inscrit dans ce cadre, que le Parlement grec a ratifié avec 175 vote en faveur du centre-droit au gouvernement (Nouvelle démocratie et autres) e 33 contraire (Parti communiste et autres), tandis que 80 ont déclaré "présent" selon la formule du Congrès américain, équivalent à l'abstention, en usage au Parlement grec.

C'était Syriza de s'abstenir, la "Coalition de la gauche radicale" dirigée par Alex Tsipras. Parti avant le gouvernement, maintenant à l'opposition, dans un pays qui, après avoir été contraint de vendre son économie, maintenant il vend non seulement ses bases militaires, mais le peu qui reste de sa souveraineté.

 (l'affiche, 11 février 2020)

Partagez ceci: