Le plan du siècle

De FRANCESCO CAPPELLO

Au nouveau siècle américain
laSolution finale: le plan du siècle

Trump a annoncé mardi un plan de paix, le plan du siècle, pour résoudre le conflit israélo-palestinien, rédigé unilatéralement par les États-Unis et Israël et promu par Trump en plein accord avec Netanyahu.
Plus qu'un plan de paix, une provocation, visant à légitimer l'état permanent d'esclavage du peuple palestinien. Provocation renvoyée à l'expéditeur par la majorité des pays de la Ligue arabe et par l'Autorité palestinienne, complètement exclu de la participation à son montage.
Les Nations Unies ont également rejeté le plan. En fait, il ignore les règles les plus élémentaires du droit international ainsi que les dizaines de résolutions que l'ONU a produites au fil du temps autour du conflit israélo-palestinien.. Comme vous le savez, l'ONU a, en fait, la solution du conflit a été répétée plusieurs fois, basé sur deux États - Israël et la Palestine - pleinement souverains dans les frontières reconnues d'avant 1967, solution que Trump remplace au même titre que la siennesolution à deux états qui ignore les limites de 1967 et qui envisage Jérusalem sous la pleine souveraineté israélienne commecapitale "indivisible" de l'État israélien, un résultat prévisible depuis que Trump a récemment décidé d'y transférer son ambassade.
Netanyahu a considérablement commenté le plan tant qu'il est au pouvoir"Les Palestiniens n'auront jamais d'État".
Fondamentalement, le peuple palestinien vient maintenantl'autodétermination et la souveraineté sont officiellement niées sur son territoire. LaConvention de Montevideo, défini depuis 1933, établi, en fait, que les États sont des unités souveraines avec des frontières définies, composé d'une population et de son propre gouvernement; la souveraineté sur son territoire est, donc, exprimée par le peuple avec la possibilité de conclure des accords en pleine autonomie avec d'autres États.
Un État souverain a un contrôle complet et exclusif sur ses biens naturels, minier ou plutôt sur ses propres eaux territoriales, sur ses côtes et sur la mer devant eux ainsi que sur le sous-sol et dans les cieux qui surplombent le territoire.

Le plan du siècle nie cette souveraineté 
L'État palestinien serait encerclé et englouti par Israël sans accès direct à la mer Morte. Pour y remédier, Israël vendrait certaines portions du désert du Néguev au sud de la bande de Gaza où, dans une période indéterminée, la construction d'un port et d'une piste d'atterrissage pour petits avions sous stricte surveillance israélienne serait autorisée. ( p. 27) alors que cela resterait interdit, indéfiniment, la restauration de l'ancien aéroport près de Rafah, dont la trace existe toujours.
Les Palestiniens sont bien conscients que reconnaître ce plan signifierait accepter l'état de colonisation et d'apartheid dans lequel ils ont été violemment contraints, abandonner, complètement désarmé (exigeait le désarmement deHamaset la démilitarisation complète de la bande de Gaza), à toute réclamation future. Les Palestiniens ne seraient pas autorisés, en fait, d'avoir sa propre armée mais uniquement des forces de police coordonnées par l'appareil de sécurité israélien, Jordaniens et Egyptiens (p. 22).
Israël, reconnu comme un état depuis 1948, il n'a jamais voulu définir ses propres frontières. Au contraire, il a envahi 80% des territoires de ce qui était la terre de Palestine en 48. Les Palestiniens exigent la restauration des frontières qui existaient avant la guerre des Six jours 1967. Ils veulent que leur propre État en Cisjordanie et dans la bande de Gaza et à Jérusalem-Est soit la capitale de leur État.

Revoyons
En six jours, Israël a occupé militairement les territoires palestiniens de Cisjordanie. Ils sont passés depuis 53 années! Donne 53 ans plutôt que de partir, ils ont insisté pour imposer la présence de 650 mille colons israéliens en 240 colonies complètement illégales.

Carte des colonies israéliennes en Cisjordanie et à Gaza. ANSA / CENTIMÈTRES

L'ONU a demandé à plusieurs reprises qu'Israël revienne aux frontières repensées après les conquêtes de 48 en publiant des dizaines de résolutions qui sont restées mortes.
6209 structures ont été démolies par les autorités israéliennes en Cisjordanie depuis 2009 au 1er octobre 2019 e 9.517 personnes déplacées (la source:Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires(OCHA), 2019)
4.951, Citoyens palestiniens résidant dans la bande de Gaza, tué dans des situations de conflit du 1er janvier 2008 au 1er octobre 2019 (la source: Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires(OCHA), 2019). Mais nous mourons aussi de misère, fait de manque de nourriture, médicaments et eau potable en quantité suffisante.
Selon des estimations récentes, les résidents d'Israël et les colons israéliens consomment environ 250 litres par personne et par jour, trois fois plus que les Palestiniens de Cisjordanie (84 litres).
Israël est un pays qui se perçoit comme étant complètement au-dessus du droit international conformément à la définition qui en a été donnée en tant que 51e État américain au Moyen-Orient.. La seule chose qui l'intéresse est la reconnaissance de ce qui a longtemps été décrit commeune annexion de facto des territoires palestiniens, Jérusalem-Est et les hauteurs du Golan syrien.

Les États-Unis ont l'intention d'imposer, avec le plan du siècle, laSouveraineté israélienne sur tous les territoires illégalement occupés.

Premières réactions
Le plateau du Golan est un territoire syrien. Vasily Nebenzia l'a réitéré, le représentant permanent de la Russie auprès des Nations Unies, qui a souligné qu'il s'agit d'un territoire syrien occupé illégalement par 1981 comme déjà indiqué par la résolution 497: " (…) dans les cartes, inclus dans le plan,  les hauteurs du Golan sont définies comme territoire israélien e, à propos de ça, nous rappelons aux auteurs du plan que les cartes géographiques reconnues par la Russie, conforme à la résolution 497 du Conseil de sécurité de l'ONU, ils n'envisagent aucune souveraineté d'Israël sur le
Les hauteurs du Golan "


La position exprimée par le vice-ministre russe des Affaires étrangères Mikhail Bogdanov est respectueuse et attendante: «Nous pensons que des négociations directes doivent être engagées et des compromis mutuellement acceptables doivent être atteints. Nous ne savons pas si la proposition américaine est mutuellement acceptable ou non. Nous devons attendre la réaction des parties impliquées ".

Syrie, par l'agence de presse syrienne Sana«Demande à la communauté internationale de condamner la position méprisante des États-Unis à l’égard du droit international, pour confirmer les résolutions, et surtout de mettre fin à l'occupation israélienne des territoires palestiniens et de garantir les droits légitimes du peuple palestinien >>.

Par Erdogan"Jérusalem est sacrée pour les musulmans. Le projet de donner Jérusalem à Israël est totalement inacceptable. Ce plan ignore les droits des Palestiniens et vise à légitimer l'occupation israélienne ".

Notre gouvernement<< En apprenant la publication du Plan américain pour le processus de paix au Moyen-Orient, L'Italie salue les efforts consentis par les États-Unis pour favoriser sa relance, cependant, il examinera très attentivement le contenu de la proposition de Washington, en coordination avec l'Union européenne et conformément aux résolutions pertinentes des Nations Unies ".

Planreconnaît le contrôle israélien sur les territoires occupés.Colonies israéliennes légitimes (<< L'État d'Israël et les États-Unis ne croient pas que l'État d'Israël est légalement obligé de remettre les Palestiniens 100 pourcentage du territoire d'avant 1967 ") qui sera incorporé et annexé au territoire d'Israël et soumis aux lois de l'État juif. Ils bénéficieront des normes de protection et de sécurité dont bénéficient les citoyens israéliens (pag. 11-12). Il est interdit aux Palestiniens de la diaspora de retourner dans les lieux d'où ils ont été expulsés. Donc, non au droit des réfugiés de retourner dans leurs anciennes maisons et terres israéliennes et non au paiement d'une indemnisation par Israël (pag. 31-32). En fait, l'occupation et la domination israéliennes se cristallisent sur la plupart des terres le long de la vallée du Jourdain. Tout validéle système du complexe de l'apartheid mis en place ces dernières décennies, a partir de 750 km de mur qui maintiennent la Cisjordanie captive, bases militaires destinées à contrôler les routes, avec des points de contrôle pour empêcher l'accès aux zones à l'usage exclusif des Juifs: emplacements commerciaux, sites touristiques, réserves naturelles etc.. jusqu'à la gestion des ressources vitales comme l'eau, réserves d'hydrocarbures ou autres. Israël maintiendrait l'état des choses inacceptable légitimé par la nécessité d'avoir un contrôle total sur tout ce qui concerne sa sécurité.

Un plan qui, dit en résumé, reconnaît et légitime le vol de terres au détriment des Palestiniens, la perte de leurs actifs et du contrôle juif sur les frontières et l'espace aérien de la Palestine historique (Le ciel palestinien serait sous contrôle israélien exclusif via des drones, l'aviation et d'autres outils de la technologie militaire (p. 23) ). On demande seulement à Israël d'être patient pendant quatre ans, les délais envisagés par les négociations sur l'Etat palestinien, dans lequel il devra s'efforcer d'éviter la construction de nouvelles colonies dans les territoires palestiniens ...

Le blocus israélien illégal de la bande de Gaza n'a pas été mentionné dans le plan Trump / Netanyahu; si vous avez l'intention, Plutôt, la démilitarisation de la Bande et que ses habitants renoncent à toute défense contre la rapacité agressive israélienne en la laissant être contrôlée par une entité palestinienne suffisamment reconnue par Israël et à lui
subalterne.

Pratiquement, les Palestiniens veulent empêcher le droit à la défense que les États-Unis et Israël ont toujours défini comme du terrorisme, où l'agression permanente et systématique de l'Etat juif contre les Palestiniens a toujours été légitimée en termes de légitime défense.
La partie de"Aide économique" déjà anticipé par Jared Kushner, Le gendre de Trump, la 25 e 26 juin dernier à Manama, à Bahreïn, estune sorte de plan Marshall, égal à 50 milliards (28 milliards vers les territoires de Cisjordanie et de Gaza; 7,5 milliards en Jordanie; 9 milliards en Égypte; 6 milliards au Liban) destiné à financer la construction de 179 projets, y compris la construction d'un corridor routier souterrain entre la Cisjordanie et Gaza et la construction de routes, de manière à répondre aux besoins de sécurité israéliens, qui devra permettre aux Palestiniens qui résident dans des enclaves maintenant entourées par le territoire israélien d'être reconnus à tous égards comme citoyens du nouvel État de Palestine, auxquels ils seraient reliés par ces nouvelles voies de communication, avec l'avantage, non négligeable pour Israël, la réduction du nombre d'électeurs arabes (p. 12). Toujours au nom de votre propre sécurité, Israël imposerait définitivement son contrôle sur tous les points d'accès à la Palestine, y compris celui entre la bande de Gaza et l'Égypte.Tout sauf une vraie aide, visant à sortir les Palestiniens de leur condition d'exploitation et de pauvreté, l'aide économique vise plutôt à financer des interventions logistiques visant à assurer la continuité sinon à faciliter l'exploitation continue, garanti par le contrôle militaire, des ressources palestiniennes et la colonisation permanente de ses territoires. La zone de libre-échange entre la Jordanie et la Palestine serait également soumise au contrôle strict d'Israël qui, au nom de sa propre sécurité, contrôlerait, éventuellement les bloquer, ces importations en Palestine jugées menaçantes pour Israël.
Nous rappelons comment avec une autre résolution récente (15 novembre 2018), l'Assemblée générale des Nations Unies a demandé à Israël de cesser de s'approprier les ressources naturelles des territoires occupés. Le plan adopte, pratiquement, la même logique avec laquelle l'attaque israélienne contre Gaza 2014 qui avait eu commecible le Gaza Marine un champ de gaz naturel de 30 milliards de mètres cubes dans les eaux territoriales palestiniennes. Opération qui est tombée«Dans la stratégie de Tel Aviv, visant également à saisir les réserves énergétiques de l'ensemble du bassin oriental, y compris les Palestiniens, Libanais et syrien, et à Washington que, soutenir Israël, vise à contrôler tout le Moyen-Orient, empêchant la Russie de reprendre son influence dans la région. "

Comme vous vous en souvenez, l'accord de coopération dans le secteur de l'énergie entre la Palestine et la Russie a été entravé par l'opérationBarrière de protection qui a été suivi par l'enlèvement de trois jeunes Israéliens qui ont ensuite été retrouvés tués.

La solution finale proposée par le duo Trump / Netanyahu, prétendant respecter les droits des Palestiniens avec un accord qui leur est favorable et avantageux, il a tendance à se consolider, d'officialiser et de rendre permanent l'exercice des intérêts US / Israël dans les territoires palestiniens en exerçant un contrôle militaire sur eux et une domination absolue sur le peuple palestinien et ses ressources ou l'appropriation indue et définitive de tout ce qui lui appartenait, attraverso la costituzione di un faux état palestinien subordinato alla sottomissione permanente alle richieste israeliane e pensare che il piano del secolo si intitola: Paix à la prospérité. Une vision pour améliorer la vie des peuples palestinien et israélien «De la paix à la prospérité. Une vision pour améliorer la vie des Palestiniens et des Israéliens ". Speriamo non contribuisca a incendiare ulteriormente la regione e l’escalation in atto dopo la criminale uccisione del generale Soleimani che ha alimentato la formazione di un di un nouveau front entre l'Iran et l'Irak contre l'ennemi commun israélo-américain à l'ombre de la Russie et de la Chine.

https://www.francescocappello.com/

Partagez ceci: